Mon compte
  • Connexion
  • Inscription
  • EA se prononce sur le succès de GTA V



    Je pense qu’il n’est plus utile de présenter le groupe EA. Collectionnant les distinctions aussi négatives que méritées, l’illustre éditeur est loin d’être connu pour être un acharné de la qualité. Tout comme avec Activision et Ubisoft, les jeux vidéo sont conçus comme des produits qui doivent rapporter le plus d’argent possible, et au plus vite.
    .
    Nous sommes à des années-lumière de la philosophie des dirigeants de Rockstar Games, qui même s’ils ne crachent évidement pas sur l’argent, cherchent à produire des jeux forts et travaillés (quitte à s’embarquer dans des développements très longs).

    Il est donc amusant d’entendre les champions de la cupidité parler du succès, quasi-inégalable, de Rockstar Games. Voici les paroles de Blake Jorgensen, directeur financier du groupe :

    Citation :
    « Je pense que personne n’avait envisagé un tel niveau de succès, c’est un fabuleux produit […] qui, j’en vient à la penser, a drainer l’argent du marché de la génération PS3/Xbox 360. Nous avions prévu que le marché soit uniquement fragilisé par la transition de génération, mais cette sortie à d’autant plus contribué à cette fragilisation ».



    Voici Blake Jorgensen. Si le tueur en série du film Seven existait réellement, ce monsieur aurait du soucis à se faire.


    Ce que veut nous dire monsieur Jorgensen, c’est que GTA V a tellement bien marché, que les joueurs ont, d’une manière générale, moins acheté les autres jeux sortis pendant la période (donc les jeux EA, comme l‘indiquent les ventes plus faibles du dernier Battlefield).
    C’est logique, mais il est impossible de ne pas saisir la jalousie qu’éprouve EA (et surement tous les gros éditeurs de l’industrie) pour Rockstar Games.
    Ces derniers vont totalement à l’encontre de leurs pratiques peu scrupuleuse, en passant des années et des années à fignoler un jeu, et en fournissant soit des DLCs gratuits, soit des DLCs payants de grande qualité (on va faire comme si les DLC online de Red Dead Redemption n’avaient jamais existé) … Mais pourtant obtiennent, au final, un succès de folie.

    Ils seraient temps que les éditeurs comprennent que massacrer une licence pour en tirer le plus d’argent possible, ça ne leur apportera pas la réussite commerciale, et critique, de Rockstar Games.

    Contrairement à ce qu’on pourrait penser, je ne suis pas un défenseur inconditionnel de Rockstar Games, mais face à des éditeurs comme EA, ce sont des enfants de cœur.


    L’exemple type de la saga à fort potentiel, ruiné par EA.


    | Plus
    Le 07/03/2014 à 00:05 par Kalerney
    Poster / Voir commentaires (1)

    Derniers commentaires sur la news


    Poster un commentaire


    pierrick - 07/03/2014 à 08:53
    C'est bien ça leur fait les pieds un peu.